Services

Que faut-il savoir sur le crédit d’impôt de 2020 sur la transition énergétique ?

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) vous permet de déduire de votre impôt sur le revenu une partie des dépenses encourues pour vos travaux visant à améliorer l’efficacité énergétique de votre maison. En 2020, il devient « MaPrimRenov » et se présente sous forme de bonus pour les ménages modestes.

Le crédit d’impôt de 2020 sur la transition énergétique

En 2020, en application de l’article 15 de la loi de finances pour 2020, le système CITE est progressivement transformé en MaPrimeRenov. Il s’agit d’une aide versée par l’Agence nationale du logement (Anah) et qui ne se concentre pas uniquement sur la performance énergétique et les ménages modestes.

Lire également : Qui est habilité à remplir la grille Aggir ?

Deux dates à ne pas oublier :

  • À partir du 1er janvier 2020 pour les ménages les plus modestes selon les conditions de ressources de l’Anah. Les premiers secours seront versés à partir du mois d’avril.
  • Le 1er janvier 2021, la CITE a été définitivement abolie. Le programme MaPrimeRenov est étendu à tous les ménages, à l’exception des ménages les plus aisés des déciles 9 et 10.

Comment bénéficier du crédit d’impôt 2020 sur la transition énergétique

Le CITE 2020 s’est adressé uniquement aux propriétaires qui réalisaient des travaux d’économie d’énergie entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020 dans leur résidence principale. Le logement devait être achevé depuis plus de 2 ans à la date du début des travaux.

A lire aussi : AxiSanté : se connecter à son compte

Le niveau CITE en 2020 est attribué aux ménages ayant des revenus dits « intermédiaires », y compris les ressources se situant entre un plancher (revenu supérieur à une valeur selon le nombre de personnes dans le ménage) et un plafond (revenu inférieur à un plafond dépendant du quotient familial).

Travaux éligibles à la taxe sur la transition énergétique

Chauffage et eau chaude sanitaire

  • Chaudière à gaz à très haute performance énergétique individuelle ou collective ;
  • Dispositifs de régulation et de programmation du chauffage ;
  • Compteur individuel pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire dans les copropriétés ;
  • Installations isolantes destinées à la production ou à la distribution de chaleur ou d’eau chaude sanitaire ;
  • Les équipements pour le raccordement à un réseau de chaleur ou de froid, ou pour les droits et les coûts de connexion à de tels réseaux ;
  • Pompes à chaleur (chauffage ou chauffage et eau chaude sanitaire) air/eau et géothermie ;
  • Les pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire (chauffe-eau thermodynamique) ;
  • chauffe-eau solaire individuel ou système solaire combiné ou PVT (système hybride photovoltaïque et thermique) ;
  • Les appareils de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire utilisant du bois ou une autre biomasse ;
  • Chaudière à microcogénération à gaz ;
  • Appareils de chauffage ou d’alimentation eau chaude sanitaire utilisant de l’énergie hydraulique ;
  • Retrait d’un réservoir de carburant (sous condition de ressources).

Isolation des murs opaques et vitrés

  • Isolation thermique des murs opaques : toits, planchers bas et murs de façade ou à pignon ;
  • Isolation thermique des parois en verre.

Mesures d’accompagnement

  • Diagnostic de performance énergétique, uniquement s’il est réalisé en dehors de l’obligation réglementaire ;
  • Audit énergétique, uniquement s’il est réalisé en dehors de l’obligation réglementaire.

Article similaire