Santé

L’essentiel à savoir sur la dépression

Surnommé « Blue Monday », le troisième lundi de janvier serait le jour le plus déprimant de l’année. Plusieurs arguments négatifs rendraient notre humeur sombre : le salaire, la météo, les bonnes résolutions qui n’ont pas été respectées, le manque de motivation, le premier jour de la semaine, etc. Bien qu’aucune preuve scientifique ne justifie la réalité de ce fait, la dépression, en revanche, est très un véritable désordre . C’est l’occasion pour nous de nous concentrer sur cette maladie qui peut toucher n’importe quel individu, quel que soit son âge, son sexe, ses origines ou son statut social. Afin de comprendre la dépression, nous avons rencontré le Dr Hélène Chappuis Niquille, médecin adjointe du service de psychiatrie — Psychothérapie communautaire de l’hôpital valaisan, site de Martigny :

Qu’est-ce que la dépression ?

La dépression est une attaque contre santé mentale. « Au contraire au blues qui passe, la dépression est plus grave et dure un certain temps », explique le Dr Chappuis Niquille. « Selon les critères médicaux, la durée le minimum est d’au moins 2 semaines. »

Lire également : Comment prendre l’huile de CBD ?

Il existe plusieurs formes de dépression. Les symptômes les plus courants sont les suivants :

    • Le tristesse
    • One baisse d’intérêt et de plaisir
    • Niveaux d’énergie et fatigabilité plus faibles

D’autres symptômes peuvent accompagnent également ces signes : culpabilité, concentration, troubles du sommeil, troubles de l’appétit, diminution de la pression artérielle confiance en soi, pessimisme, ruminations qui peuvent mener à des envies de mourir ou de vouloir mettre fin à ses jours.

A découvrir également : Quelles sont les fonctions cognitives ?

Le nombre et l’intensité de ces symptômes varient d’une personne à l’autre et peuvent changer au fil du temps.

Quels sont les facteurs de risque ?

Il existe plusieurs facteurs de risque de dépression, notamment :

    • En cas de maladies somatiques ou psychiatrique ;
    • Dépendance à l’alcool ;
    • Par exemple, un personne souffrant d’un trouble psychiatrique anxieux. les facteurs sociaux
    • Peuvent y contribuer : difficultés dans le contexte de l’emploi, un changement personnel, familial ou couple (séparation, arrivée d’un enfant, décès d’un être cher, etc.), des raisons financières ou toute autre adversité dans la vie, telle qu’une attaque contre santé physique.
    • La saisonnalité, qui se manifeste en automne-hiver et de manière assez atypique (diminution marquée de l’énergie, hypersomnie ou augmentation de l’appétit). La diminution de la luminosité et la modification de les rythmes circadiens peuvent avoir un impact sur certaines personnes. Souvent, les personnes sujettes à la saisonnalité s’améliorent lorsque le printemps arrive et les jours s’allongent.
    • Héritabilité : un rôle génétique peut rôle.

Comment prévenir la dépression ?

« La prévention de la dépression dépend de la situation de chacun individuel, » dit le spécialiste, qui ajoute : « un trouble récurrent avec plusieurs les épisodes ne sont pas évités de la même manière qu’une dépression isolée ». Pour les personnes qui sont traitées avec un antidépresseur, la durée de Le traitement dépend de l’intensité et de la durée de l’épisode dépressif. À partir même le fait d’avoir eu plusieurs épisodes dépressifs (ce que nous appelons la dépression (récurrente) aura une influence sur la durée du traitement. Un un traitement psychothérapeutique est également indiqué, tant dans le traitement de l’épisode dépressif uniquement dans la prévention des rechutes.

Afin de prévenir une rechute, la psychoéducation est une bonne technique pour aider le patient à reconnaître les premiers signes de rechute, pour comprendre comment réduire les facteurs stressez et améliorez votre santé au quotidien.

En outre, un mode de vie sain améliore la santé et aide à prévenir un épisode dépressif. « Nous sait, par exemple, que l’activité physique est bénéfique pour notre santé mentale, contrairement à la consommation régulière de substances, comme l’alcool, ce qui a un effet délétère sur le moral. » Chappuis Niquille.

Comment aider une personne déprimée ?

La dépression sévère est une maladie qui n’est en aucun cas une faiblesse la personne.

Pour l’aider, il est conseillé de :

  • Prendre sa dépression au sérieux ;
  • L’écouter : se sentir compris est un soulagement pour la personne déprimée ;
  • Encouragez-la à parler à un professionnel qui peut la guider et l’aider.

Mais que devons-nous éviter ?

    • Trouvez des solutions immédiates pour lui sans écouter les difficultés que traverse la personne et ce qu’elle ressent : « D’une manière générale, nous avons souvent tendance à vouloir trouver et proposer des solutions immédiatement, quel que soit la personne qui souffre nous explique : » indique le spécialiste qui recommande d’éviter cette méthode souvent peu adapté à la personne déprimée.
    • Le secouer :« À tort, nous essayons souvent de l’animer avec des phrases telles que : Vous demain, ça ira mieux ! , secoue-toi ! , etc. Cependant, la façon dont on le fait est rarement concluant, parce que, fondamentalement, si la personne concernée ne le fait pas elle ne peut pas le faire. » culpabiliser, notamment en comparant sa situation à d’autres situations qui pourraient être pires. Cela ne fera qu’accentuer ce sentiment de culpabilité ressentie chez de nombreuses personnes souffrant de dépression.
    • Le repos n’est pas un traitement contre la dépression, mais trouver une activité appropriée l’est.

Comment traiter la dépression ?

Le traitement dépend de la gravité de la maladie . En cas de dépression légère, l’écoute et l’observation sont préférées dans un premier temps, tandis qu’en cas de dépression modérée ou une dépression sévère, une psychothérapie et/ou des traitements médicamenteux (principalement un antidépresseur) sont indiqués. En cas de résistance au traitement ou de dépression très sévère, un traitement par électrochocs (électrochocs) peut également être proposé.

Diagnostic et traitement principalement par l’anamnèse. « Le diagnostic de dépression est pas toujours une tâche évidente pour un spécialiste », souligne le médecin assistant. « Une personne qui dit d’y aller mal ne souffre pas nécessairement de dépression, dans le sens où il peut y avoir avez des problèmes autres que la dépression qui constituent une violation de santé mentale ».

Qui devez-vous contacter ?

La plupart des gens parlent leur médecin généraliste. Ensuite, selon la gravité ou l’évolution, déterminer s’il est nécessaire d’orienter le patient vers un spécialiste.

Une aide spécialisée peut être trouvée sur différents psychiatres et psychologues spécialisés en psychothérapie privé domaine.

Il est également possible de contacter directement les différents centres de compétence en psychiatrie et Psychothérapie (PAAB) à l’hôpital valaisan :

  • Sion : 41 (0) 27 603 84 40
  • Sierre : 41 (0) 27 603 84 70
  • Martigny : 41 (0) 27 603 63 00
  • Monthey : 41 (0) 27 604 73 90

Pour plus d’informations : Centre de compétences en psychiatrie et psychothérapie (CCPP)

Le soutien peut également être obtenu par le biais de diverses associations et organisations tels que :

  • La main tendue : 143
  • Pro Juventute (enfants et adolescents) : 147
  • Valais
  • Santépsy
  • HelpNetwork

Article similaire